C’est Pourquoi Il n’y a Pas de Salaire Minimum à Singapour

Singapour est l’une des économies les plus libres du monde. Mais, attendez…. pas de salaire minimum ?

La République de Singapour, petit pays d’Asie du Sud-Est, est une puissance économique. Pourquoi? Les conditions du marché dictent les réglementations salariales et commerciales.

Cet état d’esprit s’applique également à la détermination du salaire minimum national du pays. En fait, le gouvernement singapourien n’a aucun intérêt à réglementer de telles choses, selon son agence principale des affaires du travail.

Lois salariales Et Économie à Singapour

Singapour est l’un des très rares pays du monde développé à ne pas disposer d’un salaire minimum. Selon le ministère de la Main-d’œuvre du pays, les salaires sont fixés par un système qui détermine « si les salaires devraient augmenter ou diminuer au mieux en fonction de la demande et de l’offre du marché, des compétences, des capacités et de la compétence pour accomplir la tâche. »

En fait, cette approche macroéconomique a contribué à faire de Singapour l’une des économies les plus high-tech du monde.

Selon l’édition 2017 de l’Index of Economic Freedom de la Heritage Foundation, Singapour a la 2e économie la plus libre du monde, ne tombant que dans la zone administrative de Hong Kong.

« Une politique macroéconomique prudente et un environnement politique et juridique stable ont été les clés du succès continu de Singapour dans le maintien d’une économie forte et dynamique », selon l’Indice.

 » Des droits de propriété bien garantis favorisent efficacement l’entrepreneuriat et la croissance de la productivité. Une forte tradition de tolérance minimale à l’égard de la corruption est institutionnalisée dans un cadre judiciaire efficace, soutenant fortement l’état de droit. »

Protections salariales actuelles

Au lieu d’un salaire minimum national, les entreprises singapouriennes sont soumises à un plancher salarial qui constitue le montant le plus bas qu’un travailleur puisse être légalement payé. Ces dernières années, le Parlement singapourien a adopté des dispositions prévoyant un revenu de base pour les nettoyeurs, les agents de sécurité et quelques autres postes axés sur les services.

Malgré les politiques gouvernementales concernant le contrôle des salaires, la majorité des postes à Singapour ne sont pas soumis à un taux de revenu de base tandis que la majorité des industries n’ont que peu ou pas de réglementation ou de gouvernance centralisée des meilleures pratiques. Par conséquent, Singapour maintient un taux par habitant très élevé. En moyenne, chaque Singapourien gagne 85 253 USD par an.

Perspectives sur le modèle salarial singapourien

Comme tout débat lié à la satisfaction des besoins nécessaires en matière de coût de la vie, plusieurs commentateurs et politiciens ont exprimé des inquiétudes quant à l’absence de règles sur le salaire minimum. Les groupes syndicaux organisés cherchent à installer un modèle de salaire minimum progressif malgré l’opposition du gouvernement.

La fédération nationale du travail, le Congrès national des syndicats (NTUC), est le principal partisan d’un modèle national de salaire minimum qui ressemble à un système où les salaires des travailleurs de bas niveau sont déterminés par une « échelle de salaire. »Les employés à faible revenu pourraient compter sur les entreprises fournissant des salaires minimums dans un groupe restreint de groupes de travailleurs plutôt que sur les députés pour légiférer un système juridiquement contraignant.

Malgré l’ingéniosité du marché du travail, le sentiment du gouvernement, prudemment, reste concentré sur la création d’un environnement qui permette au travail acharné, et non au contrôle des salaires, d’être le produit final.

Un Avis Du Gouvernement:

  • « …Une politique sur le salaire minimum compromettrait les principes de préservation de notre solide éthique de travail et de notre culture d’autonomie, car les travailleurs ne seront pas formés et mis à niveau puisqu’ils ont la garantie d’un salaire minimum, quelles que soient leurs compétences, leurs capacités ou leur productivité. Cela va à l’encontre de notre stratégie plus large visant à améliorer la productivité à tous les niveaux. » – Commentaire de MAMAN, 2011.

Contrairement au sentiment du gouvernement et des hauts fonctionnaires en son sein, un économiste estime que le moment est venu d’instaurer un salaire minimum national:

  •  » On peut discuter de la question du salaire minimum jusqu’à l’arrivée du royaume. Il y a des avantages et des inconvénients. La plupart des pays du monde, en particulier les pays développés, ont introduit le système du salaire minimum. Des études ont montré qu’avec l’introduction du salaire minimum, cela ne nuirait pas à l’économie, à condition que le niveau du salaire minimum soit lié au niveau de productivité national. En d’autres termes, il ne peut pas être trop élevé, il ne doit pas non plus être trop bas pour qu’il devienne hors de propos. » – Économiste Lim Chong Yah, entretien avec la chaîne NewsAsia, 2017.

Un argument général concernant les lois sur le salaire minimum est que si un salaire minimum est trop élevé, peu importe où dans le monde l’augmentation a lieu, cela pourrait menacer les emplois des travailleurs peu qualifiés.

Selon le Directeur des Ressources humaines Asie, c’est la conclusion d’une étude menée par le National Bureau of Economic Research (NBER). L’étude conclut que les hausses du salaire minimum imposées par le gouvernement pourraient inciter les entreprises à choisir des méthodes d’automatisation plutôt que de retenir des employés individuels.

« À l’avenir, beaucoup plus de professions qui emploient des travailleurs peu qualifiés sont en passe d’être automatisées, même si elles ne sont pas actuellement étiquetées comme  » automatisables » », affirme l’étude via HRD Asia. « Ceux-ci incluent, par exemple, les chauffeurs de taxi, les caissiers et les maçons. »

Indépendamment d’une augmentation, les travaux universitaires suggèrent les mêmes résultats dans les économies de marché comme celle de Singapour.

Lecture recommandée:

  1.  » Le salaire minimum ne peut pas fonctionner  » – Ministère Singapourien de la Main-d’œuvre
  2. Singapour, L’Indice 2017 de la Liberté économique – The Heritage Foundation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.