Ewing, William Maurice (1906-1974)

William Maurice Ewing, géophysicien et océanographe, est né le 12 mai 1906 à Lockney, au Texas, fils de Floyd Ford et de Hope (Hamilton) Ewing. Il a reçu trois diplômes de l’Institut Rice (aujourd’hui Université Rice) – un baccalauréat en 1926, une maîtrise en 1927 et un doctorat en 1931. Il enseigne la physique à l’Université de Pittsburgh (1929-30), la physique, la géologie et la géophysique à l’Université Lehigh (1930-44) et la géologie à l’Université Columbia (1944-72). Alors qu’il était en congé de ces deux dernières universités de 1940 à 1946, il était associé de recherche sur des projets de défense nationale à l’Institut océanographique de Woods Hole (Massachusetts). De retour à l’Université Columbia en 1947, il devient professeur de géologie et, en 1959, il y est nommé professeur de géologie de Higgins. Il a été le premier directeur de l’Observatoire géologique de Lamont de l’Université Columbia (plus tard Observatoire géologique de Lamont-Doherty), où il a servi de 1949 à 1972.

En tant qu’océanographe pionnier, Ewing a dirigé plus de cinquante expéditions pour explorer des bases océaniques. Il a apporté de nombreuses contributions au développement d’instruments océanographiques actuellement utilisés pour l’exploration des océans, y compris le développement et l’utilisation de la caméra en haute mer et du couvercle de piston. Pendant la guerre, il a découvert le canal SOFAR, une couche continue dans l’océan profond où l’énergie sonore est piégée par la focalisation, fournissant ainsi un mécanisme pour un système de communication à longue portée. Au fil des ans, la vaste collection de données recueillies par Ewing et ses associés a énormément contribué au concept actuel des océans en tant que caractéristiques de jeunesse. Ses travaux en sismologie sismique ont confirmé la structure en couches des océans, qui avait été démontrée pour la première fois par ses études de réfraction. Ewing, peut-être plus que toute autre personne, a jeté les bases du concept révolutionnaire connu sous le nom de tectonique des plaques.

En 1954, il a découvert les buttes de Sigsbee dans le bassin profond du golfe du Mexique, et il a suggéré qu’il pourrait s’agir de dômes de sel. Quatorze ans plus tard, il était le scientifique en chef à bord du navire de recherche océanographique Glomar Challenger lorsque des gisements de pétrole ont été découverts sous ces dômes de sel.

Connu dans le monde entier pour ses contributions en géophysique et en océanographie, Ewing a été nommé chef de la Division des Sciences de la Terre et des Planètes à l’Institut Biomédical Marin de la Branche Médicale de l’Université du Texas à Galveston en juin 1972; il a également été nommé professeur de sciences géologiques à l’université. Il a publié plus de 300 articles dans des revues scientifiques et a fait partie des comités de rédaction de plusieurs publications. Il a été élu à l’Académie nationale des Sciences et aux académies nationales de plusieurs autres pays. Il a également été élu membre étranger de la Société royale de Londres. Il a été président de l’American Geophysical Union et de la Seismological Society of America. Il a reçu onze diplômes honorifiques d’universités du monde entier. En plus des nombreuses médailles et prix qui lui ont été décernés de son vivant, le président Richard M. Nixon lui a remis la Médaille nationale des Sciences. Il a été membre de la Société philosophique du Texas pendant plus de vingt-cinq ans.

Ewing s’est marié avec Avarilla Hildenbrand le 31 octobre 1928; ils ont eu un fils. Il a été marié à Margaret Sloan Kidder le 19 février 1944; ils ont eu deux fils et deux filles. Les deux mariages se sont terminés par un divorce. Ewing s’est marié une troisième fois, le 6 mai 1965, avec Harriet Greene Bassett, qui lui a survécu. Il est décédé le 4 mai 1974 à l’hôpital John Sealy de Galveston et a été enterré à Palisades, New York. Il a reçu à titre posthume, à l’automne 1974, la médaille Penrose, la plus haute distinction de la Geological Society of America. En 1976, le Laboratoire de géophysique de l’Institut des Sciences marines de l’Université du Texas a été renommé Maurice Ewing Hall.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.