Relation entre la Température de l’Air et la Température Moyenne de Rayonnement dans le Confort Thermique

DES GROUPES de 6 à 8 personnes apparemment en bonne santé ont été exposés à trois conditions environnementales dans une pièce décrite antérieurement1. Les sujets testés étaient légèrement habillés (environ 343 g / m2 de surface, hors chaussures), assis et engagés dans la lecture et l’écriture. Bien que les sujets aient noté leurs réponses de confort toutes les demi-heures, seuls les derniers votes d’une session de 3 heures ont été pris en compte. Les conditions étaient: (a) température de l’air approximativement égale à la température radiante moyenne; (b) température de l’air supérieure à la température radiante moyenne (jusqu’à 17,9 ° F); (c) température de l’air inférieure à la température radiante moyenne (jusqu’à 15,3 ° F). L’humidité a été arbitrairement maintenue à 50% et la vitesse de l’air était inférieure à 20 pieds./ min. Les températures du bulbe sec et du bulbe humide ont été mesurées à l’aide de thermomètres aspirés et blindés au mercure dans le verre; la température radiante avec le thermomètre globe 2, un radiomètre à deux sphères3,4 et un thermopile modifié5; et la vitesse de l’air avec un thermomètre kata rhodié6. Les six surfaces de la pièce ont été maintenues à peu près à la même température. Les combinaisons de la température de l’air et de la température radiante moyenne ont été ajustées pour obtenir un vote moyen de  » confortable  » ( » 4 « ) sur une échelle de confort thermique en sept points1. Les votes moyens, au-dessus et au-dessous de « 4 » qui ne différaient pas de plus de 0,5 unité sensorielle, ont été utilisés comme bases pour trouver, par interpolation linéaire, la température de l’air et la température radiante moyenne, qui évoquent un vote « confortable ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.